Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans le cadre de la thèse de doctorat du président de Cerda – Artisanat, Guillaume Reich, portant sur les traces d'utilisations et les mutilations sur les armes laténiennes, à partir de l'exemple des armes du site de La Tène conservées au Laténium (Suisse), de nombreuses expérimentations archéologiques ont été menées. Une partie de ces expérimentations concernent le combat à proprement parler.

Après des années de recherche académique, les résultats se font de plus en plus précis et appréciables. Ces expérimentations archéologiques, loin d'être de simples tests empiriques, sont réalisées par le biais de l'archéologie expérimentale. Cette méthode scientifique nécessite l'établissement d'un protocole expérimental, des enregistrements réguliers, une multitude d'essais, une reproductibilité des résultats, sa publication, etc.

Si divers articles ont déjà été publiés au cours des dernières années en guise de premiers résultats alléchants, l'essentiel de ces expériences sera consultable dans la publication afférente à la thèse (encore quelques mois pour le rendu...).

Ces tests recouvrent les différentes armes étudiées, en l'occurrence tous les militaria repérés sur le site de La Tène : épées et fourreaux d'épée, à l'exclusion des systèmes de suspension (qui font l'objet d'études annexes) ; lances, piques, javelots et javelines, qu'il s'agisse des fers ou des talons ; boucliers... En somme, l'essentiel de ce que les protohistoriens allemands ont nommé le Dreierausrüstung... et ce que nous autres, archéologues francophones, nommons la "panoplie ternaire".

Les - fort nombreuses et très coûteuses - répliques, réalisées par plusieurs hommes de l'art, sont soumises à des tests soutenus, réguliers, acharnés, par des personnes habilitées à employer cet armement dangereux (reproduisez cela dans votre jardin si vous le souhaitez, mais à vos risques et périls : ça coupe terriblement, une épée gauloise...). Des combattants professionnels, gladiateurs et autres experts en arts martiaux historiques européens (que ces copains et amis soient ici remerciés, ils sont nombreux !), sous un œil attentif. Ces expérimentations sont à la fois menées dans un rôle de fantassin et en tant que cavalier, avec des armes actives ou passives, dans divers contextes...

Plusieurs autres articles scientifiques concernant ces points expérimentaux sont en cours de publication et soumis à différents comités de lecture. Nous ne manquerons pas de vous indiquer leur parution le moment venu. Nous reviendrons également sur ces questions expérimentales à d'autres reprises, car la question est vaste... Ici, nous ne faisons qu'évoquer l'existence de ces investigations.

Précisons aussi que la connaissance poussée acquise dans le cadre de ces recherches autorise Cerda – Artisanat à proposer un discours scientifique complet sur l'armement gaulois. Elle nous permet également de prendre du recul par rapport à la vision de la guerre fantasmatique trop souvent véhiculée par les groupes de reconstitution historique, trop éloignée des réalités (et en cela extrêmement néfaste).

Ceci explique notamment, à la fois par la complexité de la tâche et par sa dangerosité, mais aussi par nos goûts personnels, par choix de sérieux pédagogique, que notre association ne propose jamais de combats en public. Et ce nonobstant l'expertise dans l'un ou l'autre domaine martial de plusieurs de nos membres... C'est pourquoi, l'armement visible sur notre camp lors de certaines animations est surtout présenté à titre artisanal, du point de vue de sa réalisation, sous l'angle des techniques et de la technologie.

L'ami Agrognos, l'un des expérimentateurs, sur une recherche sur la posture du couple épée-bouclier.

L'ami Agrognos, l'un des expérimentateurs, sur une recherche sur la posture du couple épée-bouclier.

Exemple de traces produites par une session expérimentale sur une lame d'épée : des échancrures avec gauchissements caractéristiques en partie médio-distale de la lame.

Exemple de traces produites par une session expérimentale sur une lame d'épée : des échancrures avec gauchissements caractéristiques en partie médio-distale de la lame.

Tag(s) : #Armement, #Archéologie expérimentale, #Activités scientifiques, #Publicité

Partager cet article

Repost 0